Le monde économique et financier a pris pied sur le pouvoir politique imposant sa volonté de profit et sa loi de la concurrence. Pour créer une société plus juste, il faut changer de modèle et d'esprit en redéfinissant la monnaie et la hiérarchie des pouvoirs. Il faut donner à la pensée toute sa place. Une autre societe

Pour une autre Société

Chap 0 Introduction
Chap 1 Définition de la monnaie
Chap 2 Petit amuse-ment
Chap 3 Une naissance extraordinaire
Chap 4 Création de la monnaie par la Société
Chap 5 Valeur de l'unité monétaire
Chap 6 Les conséquences de cette définition, la suppression des taxes et des impôts
Chap 7 Règles élémentaires de la création monétaire
Chap 8 La Société à la tête du système bancaire
Chap 9 La banque centrale
Chap 10 Les banques
Chap 11 Disparition des prêts bancaires porteurs d'intérêt
Chap 12 Etre le support de la monnaie ne signifie pas être monnaie
Chap 13 La monnaie descend, jamais elle ne remonte
Chap 14 Travail et monnaie
Chap 15 Le corps des référents
Chap 16 Les donneurs d'ordres
Chap 17 Un logement pour tous
Chap 18 Un revenu pour tous
Chap 19 Un travail pour tous
Chap 20 Des tâches urgentes. Assurer la qualité de l'air
Chap 21 Des tâches urgentes La qualité et la distribution de l'eau
Chap 22 Des tâches urgentes La protection des espèces et de l'environnement
Chapitre 23 La diminution et le traitement des déchets
Chap 24 De l'énergie pour tous
Chap 25 La propriété privée
Chap 26 La société et les associations
Chap 27 La société et les services de santé
Chap 28 L'éducation
Chap 29 Le métissage culturel : l'immigration
Chap 30 HUMANISER
Chap 31 Conclusion
Qui suis-je ?
La genèse de ma réflexion
Recherche d'autres définitions officielles de la monnaieL'encyclopaedia universalis
Définition de la monnaie de Pierre Larousse
Rappel et "définitions" traditionnelles de la monnaie
Actualite Le rapport Louis Gallois
Les apports de la métrologie
Metrologie et encyclopédie
 
 

Chap 0          Introduction

Les crises se succèdent au sein de l’humanité et plus spécialement depuis l’époque moderne autour de krachs financiers entraînant beaucoup de malheurs jusqu’au déclenchement de guerres. Nous sommes encore en plein désarroi avec l’énorme secousse due au subprime américain et qui semble s’étendre, personne ne voyant de solution. Chacun propose sa réforme, chacun met en avant l’insatiable avidité, capable de toutes les déviations, de toutes les corruptions, la malhonnêteté au pouvoir narguant les plus faibles et le vent de la révolte naît sur tous les continents, soufflant de plus en plus fort, sans savoir vraiment à qui s’en prendre, quelles sont les causes du désastre, quelles seraient les solutions à apporter. Nous sommes malheureux, angoissés et anxieux, sans horizon, craignant le pire, le déferlement de violences inouïes.

Cependant, il ne faut pas donner dans le pessimisme excessif puisque au sein de nos sociétés apparaissent des propositions, se manifestent des femmes et des hommes capables d’accepter de modifier leurs comportements de façon radicale et c’est à ceux-là qu’il convient d’apporter un corps de réflexions inattendues et nouvelles pour construire ensemble un autre avenir, une autre Société, une autre humanité.

C’est dans ce sens que voudraient aller les idées proposées dans cet essai, sans la moindre prétention, sans la moindre enflure, un ensemble de remarques à votre disposition pour progresser et approfondir. C’est la vérité qui doit éclairer nos comportements. Une meilleure compréhension des bases de la société devrait  en quelque sorte révolutionner nos institutions et permettre la mise en route d’un avenir prometteur.

Dans cet essai, vous trouverez une première partie centrée sur la monnaie au cœur de notre existence sociale. Il s’agira d’emblée de définir la monnaie. Il s’agit de la base. Sans définition de son objet, de ses métho-des, de ses règles, il n’y a pas de science sûre. La géométrie naît vrai-ment avec Euclide qui définit les éléments de base, le point, la droite, le plan… Auparavant les hommes possédaient bien des éléments géomé-triques mais sans le confort fourni par une connaissance idéale et logique. Il en est de même de la chimie avant Lavoisier. On connaissait beaucoup de choses, mais en ordre dispersé, avec des théories contradictoires et mal pensées. On peut en dire autant de la sociologie avec Durkheim ou de la médecine avec Claude Bernard. Tant qu’on ne sait définir l’objet de sa science, ses méthodes et ses règles, on tâtonne, on erre et le pire peut survenir. Il en est ainsi de la monnaie tant qu’elle n’aura pas été définie, tant qu’on ne comprendra pas sa nature, on ne pourra élever une science de l’économie, l’humanité errera, toutes les exactions seront possibles ; tous les désordres, tous les abus deviendront des réalités. Vous ne pouvez soutenir n’importe quoi en géométrie, on vous corrige de suite ; de même en chimie et dans les autres sciences mais il ne semble pas que nous ayons atteint ce niveau de connaissance pour la monnaie.

Une fois la monnaie définie, la deuxième section exposera les rôles de la Société sur la monnaie. C’est aussi un point essentiel. Ce ne sont pas les particuliers qui disposeront à leur gré et pour leurs seuls intérêts de la monnaie. La monnaie demeure avant tout une propriété sociale et tout le monde doit pouvoir en disposer. Il devient impensable que quelqu’un soit pauvre matériellement.

Le socle posé, les fondations coulées, il s’agira dans la deuxième partie d’en tirer quelques conséquences, tout en apportant des idées nouvelles capables d’améliorer les conditions de vie de tous. La notion de référent légalisée et généralisée devrait asseoir notre société en permettant à chacun de trouver appui et réconfort à chaque moment difficile de son existence. De même les donneurs d’ordres devraient introduire beaucoup de souplesse en permettant à tous l’accès à la monnaie en fonction de leurs efforts et de leurs capacités à s’investir. Un logement pour tous, tout le monde est d’accord et désormais, c’est possible puisque nous en avons les moyens mais nous suggérons que le sixième étage d’un immeuble soit réservé aux habitants des cinq premiers étages pour organiser une vie commune digne de ce nom. Ne jamais oublier que l’homme est un être social et que la parole libère. Des femmes et des hommes qui se connaissent, échangent, entreprennent des actions communes, ce sont toutes les barrières de l’exclusion et du mépris qui s’écroulent. Un autre monde naît.

Vous trouverez d’autres idées bien connues mais, si on les rappelle, c’est pour mentionner que toutes deviennent réalisables dès lors que la Société reprend son pouvoir de création monétaire.

Il faut changer d’esprit, croire à la naissance d’un autre monde et surtout s’y employer. En nous inspirant des meilleures pensées des héros d’humanité, nous devrions éliminer la peur et la violence pour leur substituer la confiance et l’amitié.

A propos de la monnaie de crédit
Le traité établissant une constitution pour l'Europe et le traité de Lisbonne
Le camouflet
La lumière naît au Japon
Le partage du temps de travail
Le mariage pour tous
On ne rembourse jamais la monnaie d'investissement bancaire
Réponses à quelques objections
Le Medair, donneur d'ordres
Les déchets du nucléaire
L'irrépressible besoin de monnaie

Une bille facétieuse

Que signifie : un logement pour tous

Que signifie: un revenu pour tous

Les prêts à la consommation. Une plaie

La création monétaire d'après la Banque Centrale d'Angleterre